Blog

Stephanie Orma – Dessin Satirique

Stephanie Orma, illustratrice au crayon des beaux-arts et écrivain, se trouve dans les cafés du lac de Côme et de Bordeaux, où elle enregistre avec diligence les gens qu’elle voit, avec une touche satirique. Pourquoi ? Parce que, selon elle, l’art satirique est universel et a le pouvoir de nous relier les uns aux autres.

Stephanie Orma est une illustratrice autodidacte ayant une formation en design. Elle est surtout connue pour ses dessins au crayon pleins d’esprit qui capturent des détails amusants de la vie quotidienne. Ses œuvres ont été publiées dans les pages de NPR, Illustration Age et Entrepreneur, tandis que ses écrits ont été publiés dans Forbes, Vogue, Travel+Leisure et bien d’autres encore.

Les personnages excentriques sont une passion de toujours pour Stephanie, et il est donc normal que les dessiner devienne une carrière. En fait, elle s’est retrouvée à les dessiner comme moyen de procrastination lorsqu’elle travaillait en tant que rédactrice créative et journaliste spécialisée dans le design et les voyages. Après la mort de son chat il y a quelques années, Stephanie et son mari ont suivi le mantra « on ne vit qu’une fois » et sont partis en Europe pour voir où ses intérêts la mèneraient.

« Et nous ne sommes jamais repartis », explique Stephanie. « Le lac de Côme, en Italie, et Bordeaux, en France, sont nos maisons. Ce sont nos deux endroits préférés – les cultures, l’architecture, la langue, la beauté – incomparables ! C’est comme si de superbes peintures prenaient vie. On ne peut s’empêcher d’être inspiré pour capturer tout ce que l’on voit ».

stephanie orma dessin satirique_01
stephanie orma dessin satirique_02

Le fait d’être étrangère a cependant donné à Stephanie une perspective unique. Et c’est ce point de vue qui nourrit ses croquis au crayon. « J’ai remarqué de merveilleuses bizarreries culturelles, comme le fait que les Français portent des baguettes de pain sous le bras, à l’instar des New-Yorkais qui transportent des tapis de yoga », explique-t-elle. « J’ai commencé à dessiner ces idiosyncrasies au café. Et je n’ai jamais arrêté. Cela a évolué vers des œuvres plus détaillées et plus imaginatives ».

Ce souci du détail s’est transformé en une habitude quotidienne de dessin. En fait, Stephanie est tellement habituée à ses lieux de prédilection que les propriétaires et le personnel la connaissent tous. « Les habitants du café jettent toujours un coup d’œil à mes progrès », ajoute-t-elle. « Et même s’ils ne comprennent pas mes mots bizarres en français et en italien, l’art satirique parle universellement et nous relie délicieusement les uns aux autres. Quelques-uns de mes originaux sont accrochés dans mes favoris, notamment à la Pasticceria Poletti à Cernobbio, Chez Fred et au Michel’s Bistro à Bordeaux ».

Selon Stéphanie, la clé d’un sketch satirique fort est le point de vue. « Je mélange ce que je vois dans la réalité avec ce que je veux voir et/ou la façon dont je vis le monde – avec un clin d’œil du côté le plus léger », révèle-t-elle.

« Chaque jour commence par une longue marche, en prêtant une attention particulière à ce qui me captive : Les nonnes italiennes qui étendent le linge à de longues fenêtres de style toscan, la scène estivale du lac de Côme, etc. Mais je dessine tout cela de manière romantique, comme je le vis émotionnellement : ainsi, les boulangeries bordelaises et leurs parfums irrésistibles invitent le nez à s’approcher et à s’émerveiller de la fête du cirque des saveurs que j’ai illustrée dans Le Spectacle du Matin ».

stephanie orma dessin satirique_03
stephanie orma dessin satirique_04

Stephanie veille toutefois à ne pas prendre de risques lorsqu’elle fait des croquis. La dernière chose qu’elle souhaite, c’est que quelqu’un soit offensée par son travail. « Je dessine rarement des personnes en face de moi », dit-elle, « en général, mes personnages sont un conglomérat de personnages merveilleux que je rencontre et qui se fondent les uns dans les autres. Il m’arrive même de prendre secrètement des photos de personnes dans un café ou dans la rue qui ont un beau nez ou une position corporelle amusante.

« Mais trouver le visage et l’expression, c’est la torture que j’ai choisie. J’ai failli gâcher d’innombrables illustrations, presque déchiré le papier, effacé un sourcil ou un nez jusqu’à ce que le personnage me parle. Je ne m’arrêterai pas tant que je ne serai pas amoureux ; je les supplie de me dire : « Qu’est-ce que tu veux dire ?

Cela dit, il est arrivé que l’on me surprenne en train de dessiner quelqu’un à la main avec un crayon et que l’on me dise : « Est-ce que mon nez ressemble vraiment à ça ? J’adore les grands nez – ils sont fascinants, ils représentent un défi sans fin avec tous les angles et c’est l’une des parties que je préfère pour exprimer un personnage ».

stephanie orma dessin satirique_05
stephanie orma dessin satirique_06

À l’instar des personnes qui l’entourent, Stephanie est également inspirée par les illustrations au graphite des années 1800 et du début des années 1900. Des artistes tels que Norman Rockwell et Al Hirschfeld l’influencent particulièrement grâce aux fabuleuses expressions faciales qu’ils donnent à leurs personnages, tandis que les bizarreries fantasques d’Edward Gorey et de Ronald Searle sont également présentes dans son travail.

« Mon travail est reconnu pour ses lignes graphiques délicates, ses personnages pleins de vie, ses expressions faciales étonnantes et son lettrage détaillé à la main, le tout associé à un esprit excentrique », ajoute-t-elle. « J’ai toujours aimé les illustrations au crayon : on peut y voir la main de l’artiste avant qu’elle ne soit recouverte par le pinceau et la couleur. Il capture les détails et la pureté de la ligne comme aucun autre médium. Pour moi, il n’y a rien de plus beau ».

Il est donc surprenant de constater que Stephanie est autodidacte en matière d’illustration. Cependant, elle a beaucoup appris sur elle-même et sur sa créativité en étudiant le graphisme. « J’ai étudié dans trois des meilleures écoles de design des États-Unis (Parsons School of Design, CCA et Academy of Art), que j’ai abandonnées, et j’ai travaillé pour quelques grandes entreprises de design avant de me rendre compte que le graphisme ne me convenait pas », conclut-elle.

« Mais j’ai compris que le concept est roi. De plus, j’apprécie énormément la typographie, ce qui se traduit dans mes dessins par l’ajout à la main d’étiquettes de vin (et d’autres détails amusants) ».